Abilio Diniz, un séducteur à la conquête de Carrefour

Image Abilio Diniz, un séducteur à la conquête de Carrefour

Le retour dans le secteur de la distribution

Au printemps 2013, Abilio Diniz (http://www.lefigaro.fr) prend la tête du conseil d’administration de Brasil Foods (BRF), un géant de l'agroalimentaire. Il fait son grand retour dans le monde de la distribution au Brésil, à presque 80 ans et appuyé par un associé de choix. Depuis son retrait de Grupo Pão de Açúcar, Abilio Diniz s'occupe de BRF et recherche de nouvelles possibilités d’investissement.

La foi, la famille et Le sportsont primordiaux pour Abilio Diniz, qui est un homme de valeurs

Ancien goal, ayant par ailleurs exercé la capoeira et la boxe, Abilio Diniz reste un grand sportif qui débute sa journée par un entraînement sportif. L'entrepreneur se réclame comme appartenant au "capitalisme responsable", un courant fondé aux États-Unis et qui prône le contentement et la stimulation des collaborateurs dans l’entreprise. Convaincu des bienfaits de l'entraînement sportif, le businessman fonde des espaces de sport dans les grandes surfaces GPA et pousse son équipe à prendre part aux courses sponsorisées par l'entreprise. Abilio Diniz pratique la religion catholique, il est très attaché à Sainte Rita, qui n'est autre que la patronne des causes désespérées.

Des événements difficiles qui modèlent le caractère d’Abilio Diniz

Abilio Diniz élabore un plan de sauvegarde draconien permettant de préserver le groupe GPA, qui vend son activité dans la péninsule ibérique, licencie vingt mille collaborateurs et ferme un tiers de ses grandes surfaces. un groupuscule "d'extrême gauche" séquestre le chef d'entreprise lors de la présidentielle de 1989. Libéré au bout de sept jours, l’homme sera marqué à jamais par cette événement. Le Grupo Pão de Açúcar conduit par Abilio Diniz rencontre de graves complications financières au début de la décennie 1990, alors que le Brésil connait une crise économique sans précédent.

Casino prend le contrôle de GPA, Abilio Diniz vers d'autres horizons

Abilio Diniz ambitionne de saisir la chance de devenir le numéro deux mondial de la distribution en réalisant la fusion du Grupo Pão de Açúcar avec Carrefour Brésil en 2011. L’abandon de la Banque Brésilienne de Développement mais aussi le barrage de Jean-Charles Naouri provoquent l'échec de l'alliance de Carrefour Brésil avec Grupo Pão de Açúcar. Abilio Diniz vend un milliard de dollars d’actions à Casino. Jean-Charles Naouri, le directeur général de Casino, prendra le contrôle du groupe Pão de Açúcar 7 années plus tard.

Le magasin de la famille Diniz s'appelle Pão de Açúcar, en référence Pain de Sucre de Rio-de-Janeiro. La boulangerie lancée par le père d’Abilio Diniz est à l’origine du Grupo Pão de Açúcar (GPA). 10 ans après l'ouverture par Abilio Diniz de son tout premier libre-service à la fin des années 50, le Grupo Pão de Açúcar compte 1 400 salariés et quarante supermarchés.

Abilio Diniz est l’un des personnages les plus fascinants du sous-continent brésilien. D’après le magazine du Brésil "Epoca", il compte parmi les cent personnes possédant le plus d'influence au sein du sous-continent brésilien. Selon le magazine "Forbes", la fortune d’Abilio Diniz est estimée à 3,7 milliards de $, ce qui en fait le dixième homme le plus fortuné du Brésil.